Une imprimante 3D peut-elle être piratée ?

L’utilisation de l’imprimante tridimensionnelle (3D) en entreprise est de nos jours incontournable. En effet, la fabrication additive offre une myriade de bénéfices tels que des économies de temps et de coût, une plus grande liberté de conception des pièces sur mesure, aux formes complexes ou organiques, de même qu’une optimisation du travail des équipes de production. Cependant, cette technologie révolutionnaire s’accompagne aussi de risques comme le piratage. Étant un système informatique, l’outil est la nouvelle cible préférée des cybercriminels.

Imprimante 3D : Quels sont les risques en matière de sécurité ?

Pirate devant ses ordis

Pour ceux qui l’ignorent, une imprimante 3D fonctionne en étant connectée via les réseaux d’entreprise, à l’instar d’autres appareils professionnels. De ce fait, cela peut induire des vulnérabilités susceptibles d’être exploitées par des pirates informatiques si elles ne bénéficient pas d’une bonne protection. D’abord, ces appareils renferment généralement des fichiers de conception non chiffrés. Un cybercriminel qui parvient donc à accéder à l’imprimante 3D d’une entreprise pourrait insérer une modification de conception indétectable dans un produit.

Une fois que ce dernier est mis sur le marché, les utilisateurs seront confrontés à un dysfonctionnement sans précédent. S’il s’agit par exemple d’un composant automobile, ce sabotage industriel peut être à l’origine d’accidents mortels, et de ce fait, mettre l’entreprise dans de sérieux problèmes. Dans d’autres cas, le pirate informatique peut aussi dérober le fichier d’impression 3D pour s’approprier un savoir-faire.

Ce type d’espionnage d’entreprise relatif à la propriété intellectuelle est fréquent dans le monde de la fabrication traditionnelle, et l’impression 3D peut faciliter cet état de chose. Pour plus d’infos sur l’imprimante tridimensionnelle (3D), n’hésitez pas à consulter le média cr10. Ce site vend des imprimantes 3D et publie un blog high-tech sur les imprimantes 3D, les scanners 3D, la robotique, etc

Comment protéger efficacement son imprimante 3D contre les cyberattaques ?

Vous l’avez compris, il est plus qu’important d’optimiser la sécurité de votre imprimante 3D. Pour ce faire, il faudra mener des actions sur plusieurs axes à savoir :

  • Sécuriser son réseau : c’est la première qu’il faut faire. Les imprimantes 3D fonctionnant sur des réseaux non sécurisés sont très vulnérables. Elles constituent donc des cibles faciles pour les cybercriminels. Vous devez mettre en place un logiciel pare-feu d’entreprise et contrôle d’accès strict ;
  • Chiffrer ses fichiers et ses connexions : le chiffrement est une technique essentielle de la cybersécurité pour contre le vol et le sabotage. Il garantit que même si les individus mal intentionnés arrivent à accéder à vos données, ils seront incapables de les interpréter, les analyser ou les modifier. En bref, vos fichiers seront complètement illisibles par un tiers. L’une de solution pour obtenir facilement le chiffrement consiste à souscrire une connexion VPN. De plus, vos activités en ligne deviendront indétectables ;
  • Envisager des techniques d’inspection de pointe : utilisant des nanoparticules d’or microscopiques, cette méthode peut vous alerter d’une faille de sécurité ou d’une tentative de sabotage.

Mettre en œuvre ces actions de protection abaisse le risque que votre réseau soit pénétré par un pirate informatique, au niveau d’un ordi, d’une imprimante 3D ou autre. Ces personnes sont à la recherche d’une faille de sécurité ou d’une faille humaine dans votre système d’information pour s’y introduire sans votre autorisation.